Abilio Diniz, infatigable

Abilio diniz, infatigable

Des revers de fortune qui forgent le caractère d’Abilio Diniz

Abilio Diniz (lemonde.fr) conçoit un plan de sauvetage sévère permettant de préserver le groupe, qui ferme un tiers des grandes surfaces, congédie vingt mille collaborateurs et vend les activités qu'il détient dans la péninsule ibérique. En 1995, Abilio Diniz ouvre le groupe Pão de Açúcar aux investisseurs. L'homme d'affaires entame alors une période d'achats de sociétés et le groupe devient le chef de file de la distribution dans le pays. Un rapprochement financier et commercial s’opère entre Casino et GPA à la fin des années 1990.

Abilio Diniz est diplômé de l’école de management de la Fondation Getùlio Vargas à São Paulo, qu'il a intégrée au milieu des années 1950. Afin de ne plus être un souffre-douleur, il a les arts martiaux. C’est aux USA qu’Abilio Diniz veut se perfectionner en économie.

De la boutique familiale au groupe GPA

Une décennie après l'ouverture par Abilio Diniz du premier supermarché en 1959, le groupe totalise 1 400 collaborateurs travaillant dans 40 magasins. Son père lance sa première boulangerie sur une avenue particulièrement active de la ville de São Paulo. La boulangerie de son père est la 1ère pierre du Grupo Pão de Açúcar (GPA). Au milieu des années 1970, Abilio Diniz rencontre les créateurs de Carrefour. Il s’inspire de leur réussite pour faire croître sa propre chaîne.

Abilio Diniz détient de l'influence au Brésil

Luiz Inácio Lula da Silva, qui n'est autre que l’ex chef d'Etat du Brésil, comptait Abilio Diniz au sein de son cercle d'amis. Disposant d'une richesse estimée à près de 4 milliards de $, l'entrepreneur est la dixième fortune du sous-continent brésilien, selon "Forbes". On compte sur le sous-continent brésilien Abilio Diniz parmi les hommes ayant le plus de poids.

Nos articles